© Marie Elaine Lalonde

RECHERCHE-CRÉATION 

État de la recherche

Octobre 2016

Dans le cadre de mes études à la maitrise en arts visuels et médiatiques, mon projet de recherche-création porte sur la réalisation d’une installation issue d’une réflexion sur les structures cristallines. 

 

En regroupant plusieurs composantes inspirées de celles-ci, ma recherche porte un regard sur la transformation de la matière et les conditions de perception influençant nos conceptions du visible. 

 

Réflexion sur la recherche OCTOBRE 2016 :

À ce stade de la recherche, les teléidoscopes et les matières cristallisées nécessitaient une façon d’être activer afin d’être projeter au-delà même de leur simple présence. 

 

-Or, qu’est-ce que ces objets peuvent engendrer ? 

- Comment tisser les liens entre les teléidoscopes et la cristallisation des minéraux ?

-Comment faire en sorte que le tout de l’installation opère ?

 

Le cristal, de par sa géométrie et sa transparence, fait appel à l’optique.  Le rétroprojecteur, dont le miroir joue une fonction fondamentale quant à son mécanisme de projection, m’invite à le trafiquer. 

 

Par le principe du teléidoscope, j’ajoute des miroirs ou des prismes optiques à même la tête de l’appareil. 

 

Ce travestissement provoque une multiplication de l’image qui se voit par le fait même renverser, fractionner.  Ceci exerce un éclatement du point de vue monoscopique (habituel de l’optique) au profit d’une production spatiale de la projection.

 

L’appareil agit, dès lors, en tant que dispositif qui fait renverser la proximité des matières minérales (déposées sur les surfaces de projection) vers une production d’images évocatrices de cosmologies plus vastes.  

Il porte ainsi les objets au-delà de leur nature.  Ceux-ci flottent en apensanteur.  Ils sont comètes, astres, division cellulaire ou poussières d’étoiles. Ils forment des chaos primordiaux, des cosmogonies.