© Marie Elaine Lalonde

RECHERCHE-CRÉATION 

État de la recherche

Juillet 2016

Dans le cadre de mes études à la maitrise en arts visuels et médiatiques, mon projet de recherche-création porte sur la réalisation d’une installation issue d’une réflexion sur les structures cristallines. 

 

En regroupant plusieurs composantes inspirées de celles-ci, ma recherche porte un regard sur la transformation de la matière et les conditions de perception influençant nos conceptions du visible. 

 

Réflexion sur la recherche JUILLET 2016 :

La cristallisation est un processus endogène.  Ce qui signifie : qui prend naissance à l’intérieur même d’un corps, dû à une cause interne.

 

Ceci a mené ma pratique vers la fabrication de prismes géométriques dans lesquelles j’insère des miroirs qui se font faces.  Il s’ensuit la fabrication de teléidoscopes* générant des perceptions cristallisées. 

 

D’un point de vue formelle, les diverses formes géométriques de ces instruments rappellent les représentations schématiques de la cristallographie.

 

Mais, c’est avant tout, par l’enfermement de miroirs que le principe du téléidoscope se rattache à la cristallogenèse.  Et ce, de par la disposition des miroirs internes qui se font face et qui déclenche une réaction endogène, mais également par la répétition ordonnée d’un même motif symétrique et géométrique dans l’espace.

 

Non étranger aux propriétés optiques des cristaux, le miroir est une surface plane qui dévie et réfracte la lumière.  Constitué d’une fine feuille de métal sous une plaque de verre ; le miroir est donc de par sa nature ; minéral.

La cristallisation  est, en soi,  le passage d'un état désordonné de la matière à un état ordonné.  Tel un processus de croissance qui se produit sous nos yeux; l’amoncèlement des modules les uns sur les autres traduit cet état de bouillonnement alors que l’ajout de fragments de pierres fracassées apporte à l’ensemble la sensation que les cristaux jaillissent du minerai.  

___________

*Notons, ici, la distinction entre les termes kaléidoscope et teléidoscope.  

 -Le kaléidoscope est un objet fermé nous permettant d’entrevoir par son jeu de miroitement des objets de petites tailles qui engendrent des formes et motifs variées. 

 -Alors que le teléidoscope se constitue d’une structure ouverte, de sorte qu’il forme des motifs kaléidoscopiques à partir d’objets extérieurs.  Ce dernier, nous permet de voir la réalité autrement.