DÉMARCHE ARTISTIQUE

Je m’intéresse aux métamorphoses; aux corrélations entre matérialité et immatérialité qui font la particularité et l’unicité de chaque forme générée par la nature dans le temps.  La matière est, selon moi, dotée d’une activité inhérente, d’un potentiel indéterminé ; constamment disposée à devenir autre.  Par conséquent, les structures engendrées par les phénomènes de croissance et de détérioration me fascinent : processus que je considère informés, influencés et conditionnés par une association complexe entre la structure de la matière et les conditions du milieu.  Je m'intéresse aux capacités auto-organisatrices et auto-transformatrices de la matière et plus spécifiquement à ce qui émerge des corrélations entre propriétés matérielles et forces agissantes. 

 

Ma recherche-création s’inscrit dans une approche transdisciplinaire par l’incorporation de procédés, de méthodologies et de connaissances reliées aux disciplines des sciences de la Terre (géomorphologie, minéralogie, géologie, hydrographie, écosystèmes) qui s’enchevêtrent de manière poétique dans ma pratique artistique.   Par le biais de la sculpture et plus récemment de l’installation, je produis des objets et des situations qui offrent non pas quelque chose à voir mais plutôt une manière de voir.  Ma recherche-création ouvre sur des notions reliées à la matérialité, à la capacité d’agir, à la morphogenèse, au devenir (Deleuze et Guattari) et à notre relation à l’environnement.

BIO

Artiste en arts visuels, Marie Elaine Lalonde est titulaire d’un baccalauréat (2006) et d’une maîtrise (2021) en arts visuels et médiatiques de l’Université du Québec à Montréal (UQÀM).   Son travail a été présenté à l'occasion d'expositions individuelles et collectives notamment au Musée des beaux-arts de Sherbrooke, au Centre d’exposition du Vieux-Presbytère de Saint-Bruno, à la Maison des arts et de la culture de Brompton et à la Maison du développement durable de Montréal.  Ses œuvres ont également fait parties de Foire d’Art contemporain au Canada, aux États-Unis, en Europe et en Asie.  Ses installations les plus récentes se démarquent par sa sensibilité quant à l’incidence de la lumière avec la matérialité.