© Marie Elaine Lalonde

COSMOS ou LE PAYSAGE DÉVORÉ ET LE PAYSAGE DÉVORANT, 2006

« Vivre, c’est dévoré la vie. Toute existence peut donc être ramenée au dualisme fondamental de deux fonctions, le Dévoré (Anna) et le Dévorant (Annâda). Tout être vivant est le mangeur d’autres êtres et, il est lui–même nourriture pour d’autres êtres. Vivre consiste essentiellement à manger et à être mangé. »
-Alain Daniélou, "Mythes et Dieux de l’Inde".

« Cosmos ou le paysage dévoré et le paysage dévorant », est une installation vidéo inspirée de la cosmogonie hindouiste selon laquelle le monde résulte de trois tendances, soient de deux forces contraires; l’attraction centripète et la force centrifuge; ainsi que l’équilibre de ces deux forces qui donnerait naissance à la tendance orbitale. 

 

Cette installation se présente sous deux projections (le dévoré et le dévorant) se répondant de part et d’autre. 

D’un côté, une fenêtre circulaire rétro projette un parcours d'un paysage sphérique. La distorsion de l’image due à un dispositif à la prise de vue (une boule de cristal fixée devant l’objectif de la caméra) renferme l’image sur elle-même tel un paysage aggloméré.

De l’autre côté, une obstruction dans le mur invite les spectateurs à visionner à travers un judas la seconde rétroprojection; cette fois miniaturisée. Ce dispositif optique fixé à même l’installation vient ainsi arrondir la lecture de l’image. De cet univers sous-jacent se dévoile une sphère globuleuse pivotant sur elle-même parcourut inlassablement par son orbite. 

À la fois planétaire et cellulaire, cette installation vidéo propose une appréhension interne et externe du paysage; un questionnement face à l’échelle de lecture à la fois cosmique et organique.