© Marie Elaine Lalonde

ENDOPHASIE D'UN PAYSAGE, 2005

Endophasie : n.m. de endo « en dedans » phasie « parole ». Langage intérieur.


Le battement de cœur est ici le leitmotiv central de la vidéo. Un long travelling à partir d’un train nous porte de l’obscurité à la lumière, de la cité à la nature, de l’image concrète à l’abstraction. 

En analogie formelle avec le réseau sanguin et/ou nerveux, l’image s’écoule, voyage et circule à travers le tissu vivant de l’espace. Propulsée et pulsée par l’inlassable battement de cœur, l’image et le son rythment le paysage par des insertions brèves et subtiles de jeux de teintes, de luminances et d’incrustation d’images. L’œil averti patiente entre les intervalles prévoyant le prochain pouls de l’image quasi perceptif et fuyant créant la tentation de saisir l’instant précaire de l’hallucination visible. 

Cette suite de pulsions visuelles produient ainsi l’introspection organique du paysage parallèlement à l’extériorisation de nos fonctions vitales incarnées par les lieux. Ce rapprochement allégorique vise à l’osmose des corps et de leur environnement, fusion physique et métaphorique du microcosme et du macrocosme.

-Prix de la relève, Événement inter-universitaire de création vidéo (EICV), Société des Arts Technologiques, 2006.